Vierge de Pitié

Commune: 

Texte: 

Vierge de Pitié
Vers 1520

Conservation : église Saint-Martin à Chamoux-sur-Gelon

Sculpture : bois  de noyer, taillé, peint (polychrome), doré.
Datation : limite 15e siècle - 16e siècle
H = 49 ; la = 41 ; pr = 20
L'écusson aux armes de Savoie n'est pas d'origine (repeint après grattage)

L'œuvre a été retrouvée dans un placard de la sacristie de l'église paroissiale, après un passage par la chapelle rurale proche Notre-Dame de Pitié; elle était peut-être antérieurement présente dans l'église lors de l'Inventaire (peu explicite) de 1906.
Cependant, elle fut sans doute commandée à l'origine pour la collégiale Sainte-Anne et Sainte-Marie érigée dans l'enceinte du château de Chamoux en 1515 par Louis de Seyssel-La  Chambre († 1517): la commande serait alors due à Louis, ou à son fils Jean et à sa bru, Barbe d'Amboise (elle reçut en douaire ce château qu'elle appréciait, et y vécut de 1544 à 1572, peu avant sa mort); ou bien, la Vierge de Pitié serait un don d'une confrérie.
La Collégiale, vétuste dès le XVIIIe siècle, a été démolie au XIXe siècle.

Etudes

Sandrine Boisset repère dans cette œuvre une parenté avec 3 autres groupes : 2 quasi baujus, la Vierge de Pitié de Cusy et le groupe de Lovagny… et la petite Vierge de Pitié-reliquaire conservée au musée de Conflans. Toutes ces œuvres semblent relever d'un atelier savoyard ; le donateur du groupe de Cusy est connu ("homme d'affaires" des Savoie-Luxembourg, il a laissé son nom et ses armes sur la base de la sculpture), et permet de donner une date pour sa création... et pour celle de ses sœurs : vers 1520.
L'attitude, les traits, les proportions, le vêtement, et même, le dessin de l'accolade au bas du banc, sont communs à plusieurs de ces œuvres.
La polychromie déborde assez largement à l'arrière non évidé, soigneusement poli : cette statuette n'était probablement pas destinée à être vue de tous les côtés ?

Sauvegarde
2016-2017. La Vierge de Pitié de Chamoux a bénéficié d'une campagne de sauvegarde et d'étude (Laboratoire Arc-Nucléart), qui a permis de découvrir, sous les repeints importants, des traces d'un brocard appliqué hélas très fragilisé.
Les restauratrices ont confirmé l'attribution des 4 œuvres citées, à un même "atelier des Bauges", voire à une même "main"; cependant, la polychromie, différente, laisse supposer une autre "main" pour cette dernière phase pour la version chamoyarde.
Afin de mieux comprendre la circulation des œuvres, et parfois de leurs créateurs, on cherche maintenant pour qui ce groupe a été réalisé ?


Sculpture inscrite MH au titre objet le 15 mai 2014
 

Bibliographie, Source(s): 

Photo              JF Dhénin (cliquer pour agrandir)

Base Palissy     Culture.gouv.fr
Thèse              Sandrine Boisset
Etude              Laboratoire Arc-Nucléart du CEA de Grenoble, Sophie Champlaurent et Florence Lelong restauratrices
 

Image box: 

Vierge de Pitié de Chamoux - vers 1520